Le rentoilage à la colle de pâte

C’est la plus ancienne technique de rentoilage. Le rentoilage à la colle de pâte, dont la durée est de l’ordre de 100 à 200 ans, présente l’avantage de sa parfaite réversibilité et de la très haute qualité de résorption des déformations.

Il s’agit de coller une toile de renfort au dos du support de la toile originale. La colle de pâte agit par imprégnation des matériaux, incluant le refixage des diverses couches de peinture.

Les interventions sont les suivantes:

  • Démontage de la toile
  • Rentoilage à la colle de pâte
  • Changement de châssis
  • Décrassage et allègement de vernis
  • Masticage et retouches
  • Vernis final et bondages

 

Le refixage de la couche picturale

Le refixage est l’opération consistant à introduire un adhésif: entre le support et la préparation. Cette opération permet de palier à la perte d’adhérence et de cohésion de l’ensemble support / préparation / couche picturale.

Les interventions sont les suivantes :

  • Reprise de la déformation du bois (courbure)
  • Refixage généralisé et localisé
  • Décrassage et allègement de vernis
  • Masticage et reconstitution de la moitié du tableau
  • Vernis final

 

 

L’incrustation, pose de pièce, fil à fil

« Le travail du restaurateur sur une incrustation bien réalisée sera grandement facilitée ».

Opération qui consiste à combler les lacunes en fixant avec un ruban adhésif au revers de la toile, un nouveau morceau de toile en faisant correspondre trame et chaîne des deux toiles. La pose de pièce consiste à coller au revers du tableau, un morceau de tissus carré ou rectangulaire, derrière une zone accidentée d’un support textile. Elles servent à stabiliser et à faciliter la restauration ultérieure. Le fil à fil consiste à coller entre eux les différents fils encore présent sur la déchirure.

Les interventions sont les suivantes :

      • Démontage du châssis
      • Rentoilage à la colle de pâte
      • Pose de pièces
      • Décrassage
      • Masticage et retouches
      • Vernis final et bordage